Nulled24
https://wordlpress.net/abc7898.txt

SOUTENANCE DE THESE EN SOCIOLOGIE A L’UAC: John Abiola AKintola dévoile la pertinence sociale de asen chez les Fons à Ouidah.

Le Laboratoire d’Analyse et de Recherche : Religions, Espaces et Développement (LARRED) a enregistré un nouveau docteur le vendredi 23 Juillet 2021. Il sagit de John Abiola AKintola, qui a soutenu sa thèse de doctorat sur la pertinance sociale de asen chez les Fons à Ouidah dans l’amphithéâtre ex- flash de l’Université d’Abomey Calavi

« La présence de l’absent: pertinence sociale de asen chez les Fons à Ouidah ». Tel est le thème défendu par John Abiola AKintola dans la perspective de faire comprendre l’organisation sociale de l’Asen chez les Fons à Ouidah. La présentation de ce thème s’articule autour de quatre points essentiels à savoir: la thèse défendue, la problématique, l’approche déontologique et les résultats obtenus. En effet selon l’impétrant la pratique de « Asen » induit un espace social d’interactions et un système de communication chez les Fons à Ouidah, élucidant du coup, leurs perceptions sur la relation entre les morts (absents) et les vivants (présents). A cet effet l’aperçoit- il comme un levier de structuration des rapports sociaux et de l’organisation sociale en ce que les pratiques autour de l« Asen » permettent de comprendre une multitude de catégories d’acteurs hiérarchisées en fonction des positions sociales et les rôles y afférents. De ce fait, asen reste une institution sociale qui remplit des fonctions éducatives, sociales, culturelles, économiques, etc procurant ainsi, la satisfaction des besoins moraux, spirituels, matériels, identitaires et psychologiques. Les résultats de l’impétrant soutiennent la thèse selon laquelle, au delà de sa représentation matérielle, artisanale et symbolique, asen, en établissant une connexion communicationnelle entre vivants et morts, structure et définit les interactions sociales chez les fon à Ouidah. A en croire l’impétrant « Asen se fait après le décès d’une personne, ainsi donc les morts ne sont pas morts, ils sont toujours là avec les présents ». Pour Cyriaque AHODEKON, l’impétrant a révélé ses talents et a fait preuve d’audace en choisissant ce sujet qui relève du commun. Ainsi donc les différentes questions posées à John Abiola sur l’Asen à exigé l’intervention de l’un des têtes couronnées de Ouidah et présent à l’événement communément appelé “Dah” qui pense que l’Asen est un rituel qui se fait pour une personne décédée, on peut faire plusieurs Asen à une seule personne. Asen n’est pas une représentation métallique a t- il fait savoir pour finir.
.
Denise GOUTCHOEKPON & Aguesseau DOGBO (stags)0

Check Also

Cérémonie de remise de diplômes à Vidéo Leader : 75 nouveaux techniciens dans le numérique mis sur le marché de l’emploi

Ce samedi 18 septembre 2021, s’est tenue dans les locaux de Vidéo Leader à Fidjrosè …

LE DÉPARTEMENT DE LINGUISTIQUE ORGANISE UNE JOURNÉE SCIENTIFIQUE EN HOMMAGE AU RECTEUR MAXIME DA CRUZ, ce mercredi 22 septembre

« Culture, langue et développement en Afrique : une sempiternelle équation ». C’est le thème autour duquel se …

RÉSULTATS CCI-CAMES 2021/UAC : l’honorable BAKO-ARIFARI Nassirou accède au grade de Professeur Titulaire

Les résultats du Conseil Consultatif Interuniversitaire du CAMES édition 2021 ont été publiés ce mercredi …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *