SPÉCIALE JIF 2020 À L’UNIVERSITÉ D’ABOMEY-CALAVI : La parité des genres, une préoccupation

79
En marge de la célébration de la Journée Internationale de la Femme, il a été organisé le samedi 14 mars 2020 une journée de réflexion dénommée «Spécial JIF». Ledit événement qui prône la parité des genres s’est déroulé à Obama Center de l’Université d’Abomey-Calavi.

« Les clés pour une égalité des genres plus active et plus réaliste », c’est le thème autour duquel les protagonistes de cet événement ont débattu. Entre autres, la chanteuse Miss Espoir, Yvette Sessi Alvo – directrice de l’ONG Icône 360, Yaovi Ahamada et Chanceline Mevowanou.

À travers leurs propos, elles ont chacune essayé de montrer la place qu’occupe la femme aujourd’hui dans la société africaine. Pour elles en effet, « la femme est moins considérée ». Pour preuve, « leur voix ne porte que très peu dans les instances de prise de décisions », et ce bien qu’elles aient de bonnes idées. Leur rôle dans certaines contrées se limite à l’éducation des enfants et à l’épanouissement du foyer.

Par ailleurs, elles n’ont pas manqué de relativiser leurs propos reconnaissant que les femmes généralement ne se soutiennent pas. « Elles sont parfois des loups pour elles-mêmes », dixit Miss Espoir. Yvette Sessi Alvo, à sa prise de parole, a quant à elle laissé entendre que « les femmes ne donneraient pas de place aux hommes dans la société si elles avaient le pouvoir ». Elle continue son propos en invitant les femmes à se soutenir, mais aussi les hommes à continuer à l’épanouissement de la gent féminine.

Miss Espoir, pour finir, revient mettre l’accent sur la nécessité pour la femme et l’homme de se compléter. « Les femmes ne peuvent décider sans aviser les hommes et vice versa ». La parité, dit-elle, a donc toute sa raison d’être du moment où chacun mérite sa place et est à sa place.

 

Ephrasie SOSSAMEVI (Stag)



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *