SUPPOSEE EVALUATION DES ENSEIGNANTS DU SUPERIEUR : FAUSSE ALERTE, ELEONORE YAYI DEMENT ET CLARIFIE

29

L’information relative à l’évaluation des enseignants du supérieur abondamment relayée à travers les réseaux sociaux et certains organes, a été démentie par la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Joints au téléphone par notre rédaction, Eléonore Yayi Ladékan a souligné que c’est du Fake News tout en invitant d’une part les journalistes au professionnalisme, et d’autre part, les enseignants au calme, à la sérénité et au travail.

Qui veut la tête de Eléonore Yayi Ladékan sur le plateau d’or ? Une question qui mérite d’être posée quand on fait recours à la dernière information relayée l’encontre du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. En effet, depuis des jours, des rumeurs circulent sur les réseaux sociaux et font le choux gras de certains organes sur la probable évaluation des enseignants sur supérieur.

Ceci, après la vague de leurs collègues de la maternelle, du primaire et du secondaire. Laquelle information est balayée du revers des mains par l’autorité. « il n’y a pas de note administrative ou une décision du conseil des ministres… Mieux, ceux qui écrivent ces gens de trucs peuvent savoir de quoi ils parlent » a-t-elle laissé entendre.

 

L’origine de cette fausse information

En effet, dans le cadre des préparatifs de la rentrée universitaire, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a effectué une descente sur Parakou.

L’objectif, a été de rencontrer les acteurs universitaires notamment les enseignants pour échanger sur comment aborder sans anicroche la rentrée  universitaire 2019-2020.

Profitant de l’occasion, l’autorité a convié ces derniers (les enseignants a plus de rigueur dans le travail tout en leur rappelant les défis qui sont les leurs. « Je suis partie pour voir les préparatifs de la rentrée, c’est ça qui est l’objet de ma visite…

Et j’en ai profité pour demander aux enseignants d’améliorer leur enseignement pour permettre aux apprenants de comprendre… d’actualiser les supports de cours. Il y a des enseignants qui gardent les même supports, ça ne permet pas aux apprenants véritablement de comprendre et de réussir » a-t-elle fait savoir avant d’ajouter « c’est dans ce sens-là que j’ai donné des conseils…

Je les aient félicité pour ceux qui font déjà le travail et qui s’occupent de l’insertion professionnelle des étudiants ».

 

L’invite de la ministre à la conscience professionnelle

La question de l’éthique, selon l’ex-directrice du Cous-ac s’impose. Elle a cependant condamné avec véhémence les actes de destructions de certains dits ‘’professionnels des médias’’.

«  Les journalistes qui écrivent des trucs comme ça, ce n’est pas bien… Ils laissent ce qui est essentiel pour aller faire ça là ? » Toutefois, elle a invité chacun à la retenue et au professionnalisme avant toute publication.

Aussi, a-t-elle convié les enseignants à faire fît de ce qu’elle qualifie de ‘’fausse alerte’’, en les invitant à travailler sans relâche pour le rayonnement et l’avancement de haut lieu du savoir.

Moïse TCHEGNONSI

 



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *