Symposium du Larred sur le vodoun

SYMPOSIUM INTERNATIONAL SUR LE VODUN : La tolérance religieuse au cœur des réflexions

80

C’est à l’auditorium Albert Nouhouayi que le Laboratoire d’analyse et de recherche, religions, espaces et développement (LARRED) en collaboration avec le Réseau Benino-Togolais des Chercheurs en Sciences Humaines (REBETOSCH) et l’association des sociologues et anthropologues du Bénin (ASAB), a organisé, un symposium international sur le Vodun. Tenu, le mardi 09 Janvier, l’événement est revenu sur la question de la tolérance religieuse et les atouts touristiques liés au Vodun.

Célébré tous les 10 Janvier en république du Bénin, le Vodun a fait l’objet d’un symposium international, le mardi 09 Janvier 2018, organisé par le LARRED à l’auditorium Albert Nouhouayi. Ayant pour thème central : « Vodun au Bénin et dans le monde : Fondements pour une tolérance religieuse et aspects touristiques », l’événement a connu divers invités dont des universitaires, des têtes couronnées, des pasteurs et bien d’autres passionnés de la culture du Vodun.

Pendant longtemps craint et inspirant surtout la peur chez beaucoup, le Vodun est-il tolérant et peut-il être vendu sur le plan touristique? Ce sont là, quelques questionnements issus du l’analyse faite du Vodun. Face ces problématiques, deux communications ont permis de situer les uns et les autres.

La première présentée par Sylvain Adoho dit maître Bobos, revient sur les multiples dimensions et la tolérance du Vodun. A l’entendre, Vodun est d’abord sacré. Il est une religion hospitalière, qui prône la paix, la convivialité, l’amour et paraît, finit par déclarer le communicateur, comme étant la « religion la plus tolérante ».

Quant à la deuxième communication, elle porte sur la dimension touristique du Vodun et est développée par l’islamologue et sociologue, Abdoulaye Galilou. Le Vodun, explique-t-il, présente plusieurs valeurs touristiques relevant du masque, de la beauté des costumes et autres. Pour renchérir, Florent HOUESSOU estime que le Vodun culturel est dans la dimension artistique, la mise en scène que révèlent les danses liées au Vodun.

Les têtes couronnées apprécient le symposium et font remarquer à l’assistance que le Vodun ne veut du mal à personne, mais n’obéit qu’à ce que le chef-adepte lui recommande. Il urge donc que chacun soit tolérant, et cherche à mieux connaître Vodun. Le professeur Dodji Amouzouvi, fier d’avoir organisé ce symposium, estime avoir atteint les objectifs principaux fixés. D’autres initiatives sont en cours pour passer de l’oralité à l’écriture en vue d’une crédibilité à propos de l’appréhension du Vodun.

 

Hervé D. FADONOUGBO (Stag)



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *