Terrorisme au Burkina Faso: la dépouille des trois Occidentaux tués  transférés en Espagne.

253

Le vendredi 30 avril, les autorités burkinabè ont envoyé dans l’ibérique trois occidentaux tués dans une attaque djihadiste. De source officielle, il s’agit de deux journalistes et un instructeur qui étaient dans une zone forestière à Pama, dans la région de l’Est.

«Il était 2h40, heure locale, quand l’appareil, un Airbus 310 de l’armée de l’air espagnole a décollé de l’aéroport international de Ouagadougou. À son bord, les trois cercueils des Occidentaux tués dans la région de l’Est, au Burkina Faso, lundi dernier», selon le correspondant de la Radio France Internationale à Ouagadougou, Yaya Boudani.

Les noms des défunts ont été inscrits sur leurs cercueils respectives. C’est la dépouille de l’Irlandais Rory Young qui a été d’abord embarquée suivie par celles des deux journalistes espagnols. Tout le processus a été supervisé par les autorités burkinabè et espagnoles jusqu’au décollage de l’appareil, a fait savoir l’Agence France Presse.

Des autorités muettes…

Le Burkina Faso était représenté par le colonel-major Moussa Cissé, conseiller technique au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, et par l’ambassadeur Assane Tamboura, directeur de la coopération multilatérale, secrétaire général par intérim du ministère des Affaires étrangères. La consule d’Espagne et le vice-consul honoraire au Burkina Faso étaient également présents. Mais, ni les autorités burkinabè ni l’autorité espagnole n’ont souhaité s’exprimer durant tout le processus de transfert des dépouilles vers l’Espagne.
Selon un officier burkinabé, ce silence est la preuve que l’assassinat des trois Occidentaux reste un sujet de préoccupation majeure : « Pourquoi et comment des journalistes et un militant écologiste se sont-ils retrouvés dans une zone très dangereuse de la région de l’Est », s’est-il demandé.

Keneth ATTONDE (stag)



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *