OIF, start up valley, uac, visite michaelle jean, Bénin, Le Héraut

VISITE DE LA SECRÉTAIRE GÉNÉRALE DE L’OIF AU SIÈGE DE L’UAC STARTUP VALLEY : Michaëlle Jean pour l’entrepreneuriat des jeunes et femmes

88

 

Michaëlle Jean, secrétaire général de l’organisation internationale de la francophonie a rendu une visite officielle à l’UAC Startup Valley ce vendredi 15 décembre 2017.Tenu au siège de la fondation à Calavi, cet événement a été l’occasion pour les deux partenaires, Startup Valley et l’OIF, de consolider leur partenariat pour l’accompagnement des diplômés des universités dans la création d’entreprises.

Après l’Assemblée nationale, c’est au tour de la fondation de l’UAC, Startup Valley, de recevoir ce jour à son siège la secrétaire générale de l’OIF, Michaëlle Jean. Opportunité donc pour donner plus d’élan au partenariat entre la fondation et l’OIF pour accompagner les diplômés des universités dans la création d’entreprises à fort potentiel d’emplois décents et durables et réduire, par conséquent, le taux de chômage des diplômés des universités.

Après les civilités d’usages, Gustave Assah, président du conseil d’administration de Startup valley, a remercié l’IOF représentée ici par sa secrétaire pour son accompagnement qui a permis d’appuyer 30 incubés dans la réalisation de leurs prototypes dans les domaines agro-business, technologiques.

Confiant de ce que « l’avenir de la jeunesse est radieux si chacun prend ses responsabilités », il poursuit en demandant un appui financier de l’OIF pour la mise en œuvre de 2 projets. Le premier, la réalisation d’un plan de travail pour le développement de l’économie et du numérique, « ce qui permettra de créer 150 emplois directs et 300 emplois indirects par an ». Le second, la formation et la certification des coachs formateurs durant cinq jours.

Le montant total nécessaire pour la réalisation de ces deux projets s’élève à environ 250 000 euros. Face à ce plaidoyer, Michaëlle Jean a promis accompagner de toutes ses forces ces projets qui sont, pour elle, d’une urgence pour révéler les ambitions légitimes du Bénin et par ricochet éviter « le plus grand risque, celui de freiner l’élan des jeunes entrepreneurs ». Par ailleurs, elle n’a pas manqué de mots pour applaudir les efforts de la fondation qui confortent déjà.

Pour finir, elle a souhaité à ce que ce projet prenne en compte les femmes afin qu’elles s’imposent et que les hommes s’engagent. Présente pour la circonstance, la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, après avoir notifié que la vision de Startup valley est en adéquation avec le programme d’action du gouvernement (PAG), a fait un briefing sur les acquis de la coopération avec l’OIF: la présence du campus numérique à l’UAC, la création  du campus Senghor pour les masters en développement durable, la promotion de la diversité culturelle à travers les centres de lecture, la promotion du bilinguisme dans les écoles.

À noter qu’un publi-reportage et la visite des stands des incubés installés sur les lieux ont tenu en haleine les participants à cette cérémonie.

Taïwo Ayola ONIONKITON (Stag)



Créé en novembre 1988, LE HERAUT est le tout premier journal des étudiants du Bénin. Informer, former, éduquer et divertir les membres de la communauté universitaire et la nation, tels sont les buts essentiels de ce mensuel. Pionnier dans la naissance et la floraison d’une presse privée libre et plurielle au Bénin, Le HERAUT fait office de lieu de baptême pour nombre des grandes plumes de la presse nationale et d’école de journalisme par défaut pour qui sintéresse au métier. Membre du Carrefour International de la Presse Universitaire Francophone (CIPUF) et initiateur de l’Union des Presses Universitaires Francophones de lAfrique de l’Ouest (UPUFAO), LE HERAUT a un lectorat potentiel de plus de cent mille étudiants (100.000) étudiants répartis sur tous les campus universitaires du Bénin. Le Héraut est entièrement conçu et réalisé par des étudiants venus de divers facultés, instituts ou écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *